UFHB / À L’HEURE DE LA FÊTE DES MÈRES LE PRÉSIDENT ABOU KARAMOKO MAGNIFIE ‘’SES’’ FEMMES

« Qui honore les femmes, honore l’humanité ». C’est par ces mots forts symboliques que le Président de l’Université Félix Houphouët-Boigny (UFHB), Professeur Abou Karamoko, entendait magnifier, ce mardi 12 juin, les femmes de l’institution qu’il dirige, et ce, à la faveur de la fête de mères. L’amphithéâtre A, théâtre actanciel de cette commémoration, a refusé du monde tant les braves femmes qui œuvrent au quotidien au fonctionnement de l’UFHB n’ont pas voulu se faire compter l’événement. Elles exercent dans les différentes sphères de l’université.

À ces femmes, le Président de l’UFHB a offert de nombreux présents. À cela, il faut ajouter cinq prix spéciaux qui ont été attribués à cinq femmes selon des critères édictés par l’équipe de direction. Prenant la parole, au nom des mamans de l’Université, le Docteur Koffi-Lézou Danielle ( Maître de conférences), Vice-doyen en charge de la recherche à l’UFR LLC, a tenu à souligner la dimension symbolique de cette fête. Pour elle, cette célébration est la reconnaissance du travail qu’elles abattent au quotidien en tant que mères et au-delà de leur activité professionnelle. Le Docteur Koffi-Lézou Danielle ajoute que c’est une invite à la femme « à affirmer sa présence dans les sphères de décisions et dans la vie publique » car rien ne la contraint à se cantonner dans les seconds rôles. Elle clôt ses propos en rendant un vibrant hommage au Président de l’Université pour cette marque d’affection et d’attention.

Il convient de signaler que la ferveur a été entretenue par l’orchestre DEYA de l’INSAAC. Les musiciennes qui composent cet orchestre ont fait montre de maestria à nulle autre pareille pour faire danser les mères de l’UFHB aux sons des rythmes traditionnels et modernes du riche répertoire ivoirien.

SERVICE COMMUNICATION

UFHB.